Dans l’objectif : les navires « fer-à-repasser » britanniques

Fletching(brit)La flotte du Royaume-Uni a compté dans ses rangs des unités baptisées « flat-iron », c’est à dire des « fer-à-repasser » ; une désignation singulière pour qualifier des navires pouvant remonter la Tamise au-delà des ponts de Londres. La caractéristique majeure de ces derniers portait bien évidemment sur leur aspect totalement plat et d’une dimension telle qu’elle optimisait le transport. Il faut savoir que, pendant de nombreuses années, plusieurs centrales thermiques, fonctionnant au charbon, étaient implantées dans la banlieue londonienne, à l’amont des ponts (Battersea en ce qui concerne la rive Sud de la Tamise, Fulham sur la rive Nord). Le charbon était extrait des différentes mines des Iles britanniques et convoyées jusqu’aux quais desservant les centrales. Avec l’abandon du charbon, les centrales ont été progressivement arrêtées et certaines démolies. Il faut souligner que la centrale de Battersea figure en couverture de l’album « Animals » de Pink Floyd paru en 1977.

Pour desservir ces unités industrielles, étaient utilisés les « flat-iron« , ces navires dont la cheminée et les mâts étaient escamotables. Au nombre de ceux-ci, figure le Ewell, exploité par le « South Eastern Gas Board ». C’est l’un des plus importants « flat-iron » avec un port en lourd de 2 800 tonnes. Long de 83,9 mètres, il a été construit par le chantier Alexander Hall & Co d’Aberdeen et mis en service en avril 1958. L’Ewell était équipé d’une machine de 1 150 chevaux lui permettant de filer 11 noeuds. Il disposait de trois cales.

Il est cédé en 1970 à l’armement Stephenson Clarke (Londres) où il prend le nom de Fletching (notre photo). Sa carrière se prolonge dix ans, avant que le navire soit livré à la démolition en juin 1980 à un chantier espagnol situé à Gijon.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*