Des cargos d’avant-guerre construits au Royaume-Uni

A la fin des années soixante, le port de Rouen recevait des unités construites avant la Seconde Guerre Mondiale. Parmi celles-ci, deux cargos réalisés dans les chantiers britanniques, les ARISTIDES et RAFFAELLA.

L'ARISTIDES mis en service en octobre 1937Au nombre des unités accueillies au port de Rouen à la fin des années soixante, on trouvait des cargos dont la construction était antérieure au second conflit mondial. Nous vous en proposons deux… que notre objectif avait pu saisir à l’époque, tout d’abord l’ARISTIDES, un cargo photographié en Seine le 22 septembre 1968 (ci-contre) ainsi qu’un second, le RAFFAELLA, vu le 6 septembre 1970 (ci-dessous). Ils ont en commun d’être sortis l’un et l’autre des chantiers britanniques de Sunderland.

Navire de 131 mètres de longueur et 8 970 tonnes de port en lourd, l’ARISTIDES a été livré en octobre 1937 par le chantier Sir J. Laing, de Sunderland. Il a été exploité sous pavillon britannique jusqu’en 1959 avant de devenir l’ARISTIDES. Pour sa part, le RAFFAELLA, unité de 132 mètres et 10 010 tonnes de port en lourd, a été réalisé par le chantier Short Bros, implanté à Sunderland lui aussi. Livré en mai 1938, il a porté deux noms avant de devenir le RAFFAELLA. Ils achèveront leur carrière tous deux à la démolition en 1971.

 

 

Le roulier GRIEG et les unités de la Trans-Baltique

C’est début 1972 qu’est mis en service le roulier français GRIEG de la Compagnie Générale Trans-Baltique. Il réalisera de nombreuses escales au port de Rouen, tout comme plusieurs des autres unités de la compagnie..

Le GRIEG, navire roulier de 5 600 tonnes de port en lourd, a été réalisé par le chantier néerlandais Boele Scheepswerven, de Bolnes. Long de 138 mètres, il est équipé d’un moteur de 9 900 cv, ce qui lui permet de filer 18 noeuds, et dispose d’une rampe roro arrière. Baptisé au Havre le 22 avril 1972, il escale au port de Rouen pour la première fois le 31 mai suivant.

Il va réaliser de nombreuses touchées au port de Rouen, notamment dans le cadre du service « Trans-Nordic Line », une ligne à fréquence hebdomadaire reliant les deux ports de la Basse-Seine (Rouen et Le Havre) et plusieurs ports de Scandinavie : Helsingborg (Suède), Copenhague (Danemark), Goteborg (Suède) et Drammen (Norvège).

Il compte un sister-ship, le SIBELIUS, livré quelques mois plus tard par le chantier suédois Finnboda Varv, situé près de Stockholm. Le SIBELIUS tournera lui aussi pendant plusieurs années sur les lignes scandinaves de la compagnie. Deux autres rouliers ont également montré les couleurs de la Trans-Baltique, le CLAUDE DEBUSSY (qui avait débuté sa carrière sous pavillon français sous le nom de NEVAil a fait l’objet d’un court article sur ce blog le 18 février 2016) et le BORODINE.

(notre photo : Le GRIEG naviguant en Seine le 1er décembre 1973)

 

 

 

Janvier 1973 : le cargo algérien ANNABA en première escale à Rouen

Le 21 janvier 1973, fait son entrée au port de Rouen pour la première fois le cargo algérien ANNABA. Cette unité de 3 900 tonnes de port en lourd, vient charger des marchandises diverses à l’un des postes de la rive droite du port de Rouen à destination de son pays. Il appareillera le 26 pour Oran.

ANNABA à Rouen (janvier 1973)
Le cargo algérien ANNABA arrivant à Rouen en janvier 1973

L’ANNABA a été livré en 1954 par le chantier néerlandais de Bolnes. Long de 98 mètres, il présente une largeur de 14,30 mètres et dispose d’un appareil propulsif développant 2 200 CV. Il est doté de trois cales.

De 1954 à 1971, il navigue sous les couleurs de la compagnie néerlandaise KNSM (Koninklijke Nederlandsche Stoomboot Maatschappij) d’Amsterdam comme DAPHNIS. Il prend les couleurs de la Compagnie Nationale Algérienne de Navigation (CNAN) en 1971. Il poursuivra sa carrière sous pavillon algérien jusqu’en 1980. Cédé à un armateur panaméen, il termine sa carrière fin 1980.

Rouen figurera pendant de nombreuses années comme une escale régulière des navires de la compagnie nationale algérienne.

HOEGH AURORE (Norvège)

Le cargo norvégien HOEGH AURORE remontant la Seine le 2 septembre 1970

Les navires de l’armement norvégien Leif Hoegh (Oslo) ont fréquenté pendant de très nombreuses années le port de Rouen. Le port normand figurait en effet sur l’itinéraire du service régulier Europe de l’Ouest / Côte Occidentale d’Afrique assuré par la compagnie (liaison mise en place en 1948). Parmi les unités qui ont été affectées à cette ligne, on comptait le HOEGH AURORE (dont nous présentons la photo ci-dessus prise le 2 septembre 1970 alors qu’il remontait la Seine vers Rouen).

Le HOEGH AURORE a été réalisé par le chantier norvégien de Drammen. Il a été livré en février 1959. Unité de 116 mètres de longueur et 7 100 tonnes de port en lourd, il était équipé d’un moteur de 4 100 CV.

Il a navigué jusqu’en 1972 sous son nom d’origine avant de prendre le pavillon de Singapour comme AURORE tout court. Il sera converti en transporteur de bétail en 1974. Il prendra plusieurs noms successifs et terminera sa carrière à la démolition au Pakistan (janvier 1991).

 

TUNISIE et ORANIE (France)

Le cargo français TUNISIE photographié à Rouen le 19 avril 1969.

Le port de Rouen a reçu pendant de nombreuses années les deux cargos TUNISIE et ORANIE aux couleurs de la Compagnie Navale Afrique du Nord. Ces deux navires d’une série baptisée des « six-moteurs » (leur appareil propulsif était constitué de six moteurs d’où leur surnom) ont relié pendant l’essentiel de leur carrière les ports de la façade Mer du Nord / Manche aux ports d’Algérie.

Les deux navires ont été réalisés par les Ateliers et Chantiers de la Loire, à Nantes. L’ORANIE a été lancé le 24 janvier 1950, le TUNISIE le 4 mai 1951. A l’origine, ils mesuraient l’un et l’autre 113 mètres. Ils ont été allongés de 7 mètres en 1958 (à Nantes) portant ainsi leur longueur à 120 mètres. Dans leur version allongée, ils présentaient un port en lourd de 4 000 tonnes.

C’est en 1972 qu’ils quitteront le pavillon français . Le premier à partir sera l’ORANIE, rebaptisé SOCRATES sous pavillon grec. Nous l’avions photographié le 20 mai 1972 lors de sa descente de la Seine sous ce nouveau nom (voir ci-dessous).

Le TUNISIE le suivra le 10 juin de la même année comme PLATON. En 1978, il prendra le nom de CAPRICORN et finira sa carrière à la démolition en 1981. L’ORANIE (comme SOCRATIS) sera victime d’un incendie en 1978.

REICHENFELS (Allemagne)

Le cargo REICHENFELS appareillant de Rouen en février 1970

Le cargo allemand REICHENFELS, aux couleurs de la Hansa Linie, est photographié ici le 28 février 1970 au terme d’une escale rouennaise. Navire de 156 mètres de longueur, il présente un port en lourd de 10 500 tonnes.

Le REICHENFELS a été livré en novembre 1954 par le chantier allemand AG Weser, de Bremerhaven, sous le nom de KYBFELS (chez Hansa Linie). Il naviguera sous ce nom jusqu’en 1966, année où il devient le WILLI RICKMERS. Il revient en 1969 chez Hansa comme REICHENFELS. L’année suivante, il passe à la National Shipping Corporation du Pakistan qui en fait le KAUKHALI et achève finalement sa carrière à la démolition (Gadani) fin 1975.

Comme beaucoup des navires Hansa, le KYBFELS/REICHENFELS était équipé d’une bigue de forte puissance (165 tonnes pour cette unité).

NIOBE (France)

Le cargo NIOBE photographié à son arrivée à Rouen le 9 août 1967

Le cargo français NIOBE de la Société Navale Caennaise, a été construit au chantier néerlandais Scheepswerf De Waal, à Zaltbommel. Notre photo le montre à son arrivée à Rouen, alors qu’il vient tout juste d’être mis en service.

Cargo de 78 m de longueur, il présente un port en lourd de 1 160 tonnes et peut filer environ 15 noeuds. Son premier voyage le mènera de Rouen vers la Finlande. Il restera trois mois environ sur la liaison Rouen/Finlande avant de passer en Méditerranée.

Sa carrière sous pavillon français s’achève en octobre 1973. Il est cédé à l’armement néerlandais Van Uden qui en fait le SEINEHAVEN. Placé sur la liaison Europe du Nord / Maroc, il aura l’occasion de toucher Rouen, sa première visite sous ce nom intervenant en novembre 1973. L’armateur néerlandais s’en séparera en 1976.

On peut remarquer sur notre photo que le NIOBE est amarré tout près du Pont Jeanne d’Arc (rive droite), à Rouen. En 1967, le Pont Jeanne d’Arc constitue en effet le pont le plus aval de Rouen. Trois ans plus tard, sera mis en service le Pont Guillaume Le Conquérant, positionné un peu plus en aval. Plus récemment (en 2008), c’est le pont levant Gustave Flaubert qui a été mis en place.

NOVA (Suède)

Le cargo suédois NOVA photographié ici en Seine le 10 juillet 1971.

Réalisé par le chantier suédois Gavle Varv (Gavle/Gefle), le cargo suédois NOVA a été mis en service en 1963. Long de 73 mètres, il présentait un port en lourd de 2 700 tonnes. D’après les publications d’époque, il assurait notamment des transports de produits forestiers entre Hallstavik (Suède) et Rouen. Le NOVA a sombré le 19 décembre 1972 près d’Ystad, en Mer Baltique.