Des « LIBERTY-SHIPS » à Rouen (1970, 1994)

Au cours de la Seconde Guerre Mondiale, ont été construits dans les chantiers nord-amércains de nombreux navires, une flotte destinée à pallier les pertes de guerre. La série la plus importante est constituée par les « liberty-ships ».

Liberty-ship-AvCes unités de 10 500 tonnes de port en lourd, dotées de machines de 2 500 CV, pouvaient filer environ 10 noeuds. Au total, les chantiers des Etats-Unis en ont réalisé un peu plus de 2 700.

Le port de Rouen en a reçu de nombreux. Quelques exemplaires ont touché Rouen très tardivement, en particulier le cubain Ignacio Agramonte (dont nous présentons une photo réalisée le 26 avril 1970) ou encore le grec Alexandros Koryzis (photo du 10 juillet 1970 ). Rouen a également accueilli à l’occasion de la grande manifestation « L’Armada de la Liberté » (juillet 1994) le liberty américain Jeremiah O’Brien, l’un des derniers survivants de cette série. Il est préservé par une association de sauvegarde.

Liberty-US-ArAux lendemains de la Seconde Guerre Mondiale, la France a reçu 75 liberties (en fait 75 à l’origine, un 76ème venant remplacer le Grandcamp, navire victime d’une explosion à Texas-City le 16 avril 1947).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *